La socialisation

 

C’est le plus important et cela a une réelle utilité pour le chien (et à long terme aussi pour le maître, avec un chien détendu en toutes circonstances dans l'idéal).

 

1) Socialisation aux humains

 

Objectif

Les manipulations du chien par le maître.

Elles permettent de rendre le chien manipulable vis-à-vis de tiers comme le vétérinaire ou le toiletteur, elles permettent également la bonne vérification au quotidien de l’état de santé du chien et enfin, elles favorisent le contrôle du chien par son maître.

 

Mise en place.

Ces exercices se font en général au sol, dans une ambiance calme et confortable autant pour le maître que pour le chien (proscrire les jours de pluie ou de froid, ou le faire à l'intérieur).

Ne pas surplomber son chien et s’asseoir à côté.

 

Déroulement des exercices

 

Manipulation autour de la tête

Cette manipulation consiste à regarder l’état des oreilles et à vérifier la dentition et les yeux. C’est l’occasion également pour le chiot de vérifier sa bonne inhibition de la morsure. Si le chiot mordille, le lui faire savoir par un « Aïe ». S’il continue, ne pas hésiter, non pas à retirer la main mais au contraire à masser le palais dans la gueule de façon à occasionner une gêne. Dès que le chien détourne la tête, féliciter.

 La caresse dorsale

Le chien est préalablement couché et il s’agit de lui faire une caresse appuyée qui va de la tête à la base de sa queue.

La caresse ventrale

Le chien est couché par son maître sur le côté puis sur le dos, et son maître doit pouvoir le contrôler avec sa paume de la main en appui au niveau du poitrail. Si nécessaire, ne maintenir cet appui qu’une ou deux secondes au début.

Porter son chien

Passer un bras sous les 2 pattes avant et avec l’autre bras, maintenir son derrière. Le chien doit être confortablement assis et sécurisé, car si le chien se débat, il peut tomber.

Ensuite, on peut porter son chien sur une table (de travail).

Veiller à reposer son chien très en douceur sur la table.

Nous rappelons que le chien est en croissance et qu’il faut éviter tous sauts et exercices physiques trop importants.

 

Progression possible

- voir s’il est possible de faire réaliser ces exercices avec une autre personne.

 

2) Socialisation à l’environnement

 

Objectif

Introduire toute une série d’imprégnations à l’environnement qui s’appuient sur les 4 sens : la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat.

 

Mise en place

Prévoir les accessoires en fonction des activités choisies.

Pour toutes ces séances, l’imprégnation doit être très progressive, le chiot ne doit jamais être contraint et il doit pouvoir éviter ou s’éloigner de ce qui pourrait l’inquiéter.

Veiller au bien-être de son chiot.

En cas de stress trop élevé de son chiot, arrêter la séance.

 

Déroulement des exercices

 

La vue

Il s’agit d’habituer son chiot à toutes sortes d’objets dont la vue peut être perturbante : passage d’une personne avec une poussette, un déambulateur, un parapluie qu’on ouvre et qu’on ferme, un vélo, avec un chapeau et des lunettes de soleil etc.

 

L’ouïe

Introduire un fond de bruitages divers : camion, porte qui s’ouvre, sonnette, coq, chien qui aboie, sirène, applaudissements etc. Voir YouTube, un exemple : https://youtu.be/O9thmunX6Hs

 

Le toucher

Faire passer le chiot sur des surfaces de différentes textures : caoutchouc, bois, tapis brosse, tissu, eau, paillasson...  

 

L’odorat

Introduire le jeu du « cherche » où le chiot doit retrouver des croquettes ou autres friandises par l’odorat. Augmenter la difficulté en veillant à ce que le chien soit toujours en position de réussite. Ainsi, cet exercice permettra en plus de l’odorat de renforcer la confiance du chiot en son maître.

 

Faute d’avoir les situations réelles, il est possible de travailler pour la situation au lieu de dans la situation – habituer le chiot à développer une approche positive de toute nouveauté (matières, formes, bruits, etc.) avec des objets nouveaux qui sont couplés avec du positif : cartons en désordre avec son repas dedans et il doit fouiller, croquettes/friandises cachés dans des tapis enroulés, au milieu de bouteilles en plastique vides et/ou remplis de petits objets qui font du bruit quand elles tombent, mettre la truffe dans un cône, maître ou autre membre de la famille avec un chapeau/déguisement, etc. L’important est de rester en-deçà du seuil de ce qui fait peur au chien pour créer une attente chez le chiot qu’il y aura forcément une suite positive (friandises, jouet). Une partie de cela sera certainement abordé dans les 14 jours de jeux (lien page tutos).